FAQ 2017-10-15T19:46:28+00:00

FAQ

FOIRE AUX QUESTIONS

APR DE FRANCE VOUS RÉPONDS

Nous avons souhaité, au travers de cette Foire Aux Questions, faire bénéficier de notre expérience les gens qui chercheraient à entrer dans ce métier, qui reste somme toute assez fermé et confidentiel. Il reste assez difficile, malgré les efforts du secteur pour mieux communiquer, de se rendre compte de ce qu’est vraiment le métier, et de ce qui vous attend à l’issue de votre formation.
Aussi, nous avons souhaité reporter les questions qu’on nous pose de façon régulière sur cette FAQ. Nous l’avons fait de façon « non aseptisée », en essayant d’être le plus fidèle et sincère possible quant aux problématiques de la profession, mais aussi et surtout, de la formation. Il est absolument essentiel pour qui voudrait rentrer dans notre profession de ne pas se tromper de centre de formation. Et l’enjeu est très délicat, car certains des centres de formations en France, au travers de publicité bien faites et d’un marketing attirant, ne vous enseigneront pas ou pas complètement les ficelles de notre métier. Aussi, la première des choses à faire, est de prendre son temps, de ne pas se précipiter trop vite sur des choses qui vous semblent attirantes (par exemple, des tarifs avantageux, des voyages au bout du monde, des centres de formation qui prétendent être les meilleurs du monde, des diplômes qui ne vous seront pas utiles et dont on comprend l’utilité ou la non utilité une fois dans le métier, ou encore des formations de type APR1, APR2, etc… qui ne sont là que pour sonder votre capacité financière).

Si vous avez des questions en suspens, le mieux est d’en discuter.

Vous pouvez appeler directement le numéro de téléphone spécialement mis à votre disposition pour toutes questions techniques : 06 51 18 63 12

Le permis de conduire est-il nécessaire pour devenir garde du corps ? 2017-10-14T08:30:42+00:00

Oui, le permis de conduire est absolument obligatoire pour exercer notre métier.

La sécurisation d’un transfert est rendu obligatoire par une circulaire du 13 Janvier 2006, rendant du même coup indispensable la pratique d’un convoi de véhicule et donc, la détention d’une autorisation de conduire.

Beaucoup de centres de formation, dont certains ayant pignon sur rue, font l’impasse sur cette obligation, et proposent des formations de gardes du corps sans obligation de détenir un permis B, et donc, sans formation au convoi de sécurité.

Sortir d’une « formation » d’Agent de Protection Rapprochée sans cette compétence vous place d’entrée en position défavorable pour postuler à des offres d’emplois. Qui plus est, la plupart du temps, un agent de protection doit assurer lui-même le transfert de son VIP, et sans permis, il n’en n’est pas question.

C’est à partir de cette lacune que certains proposent leur formation en tiroir APR1, APR2, etc… qui sont, rappelons-le un profond non-sens du point du vue du métier (on ne protège pas la vie d’une personne avec la moitié des compétences requises !). A vouloir faire des économies sur votre formation, vous serez inemployable, et votre formation « pas cher » vous aura finalement coûté très cher, puisque vous ne travaillerez pas !

Comment expliquer la différence de prix d’un centre de formation à l’autre ? 2017-10-11T11:43:56+00:00

Les centres de formation d’Agent de Protection Rapprochée sont des entreprises privées. Chacun pratique donc le tarif qu’il veut. Mais plusieurs critères influencent le prix…

Par exemple, une formation de 2 semaines ou une autre de 6 semaines ont des coûts de revient différents (il faut payer les formateurs, les loyers etc…). De même, si vous êtes amenés à travailler sur le terrain pour vous mettre en situation dans des conditions proches du réel, cela influence le prix. Certains centres vous font passer une partie de votre formation à votre domicile, ou acceptent plus de stagiaires que d’autres par session, dans le but de réduire encore et encore les coûts, mais réduisent également la qualité de l’instruction (APR de FRANCE par exemple n’accepte que 8 stagiaires au lieu de 12 que la plupart des centres prennent). Certaines formations vous permettent d’obtenir plus de qualifications que d’autres en Protection de Personnes (par exemple, vous passez plusieurs diplôme chez APR de FRANCE : PSE1, TECC, NTTC), ou plusieurs formations complémentaires (profilage prédictif de la malveillance, conduite sécurité chez APR de FRANCE) ce qui a évidemment un coût supplémentaire. Dans certaines formation, vous n’avez qu’un instructeur pour tous les modules, ce qui est léger. APR de FRANCE dispense ses modules avec des gens différents en fonction de leur spécialité et de leur expertise. L’hébergement et la nourriture sont-ils compris dans le forfait, comme c’est le cas chez APR de FRANCE, ou pas ? Pensez à toujours comparer les choses qui sont comparables.

Le point important à retenir ici est de ne surtout pas choisir son centre en fonction du prix. En effet, imaginons à 1500€ une formation de garde du corps qui ne vous permette pas de travailler, vous perdriez donc 1500€… Alors qu’une formation plus cher mais reconnue et de qualité vous permettra de travailler, donc de gagner de l’argent, et petit à petit, de rentrer dans vos frais. Ne faites pas l’impasse sur la qualité : en formation de garde du corps, le « pas cher » coûte cher…

Contractors, mercenaires, militaires, APR ? Quelle est la différence ? 2017-10-11T12:14:57+00:00

Aujourd’hui, en France comme dans la plupart des pays de l’hémisphère nord, intervenir avec une armée régulière à l’extérieur des frontières nationales est très mal perçu par la Nation. Qui plus est, ce procédé coûte beaucoup d’argent. Ce faisant les Dirigeants politiques ont trouvé la parade : ils font appels en sous-mains à des armées privées. En 2016, près d’1 combattant sur 2 (tous conflits mondiaux confondus) était issu d’une armée privée. Ces combattants privés sous contrat avec des organisations de type sociétés commerciales, sont appelés pour cette raison “contractors” (en contrat). Le métier que font ces contractors est rarement de la protection rapprochée. Ils assurent en général des tâches subalternes d’une armée “normale” (contrôle d’accès, surveillance de zones sensibles, conduite et sécurisation de convois, etc…).

En revanche, dès lors que vous prenez part à un conflit en tant que contractor combattant, vous êtes automatiquement qualifiés du terme peu reluisant de « mercenaire », ce qui est interdit en France depuis la loi du 3 Avril 2003 sur le mercenariat, et passible de lourdes peines d’amendes et de prison. Même la convention de Genève ne donne pas le statut de prisonnier de guerre aux mercenaires. Pour couronner le tout, ce type de structures privées fait souvent l’impasse sur la sécurité du personnel engagé pour réaliser des économies. Aussi, réfléchissez-y à deux fois avant de vous laisser embarquer à la légère dans ce genre de missions.

Bien entendu, il existe des APR opérant en zone hostile, ayant le statut de “contractors garde du corps”. Mais eux ont spécifiquement  une tâche de protection de personne et n’interviennent pas dans le conflit. Leur présence est donc légale, sous réserve que leurs formalités administratives ont été correctement effectuées. Rappelons que les sociétés militaires privées (ESSD), si elles sont sérieuses, n’emploieront jamais un contractor si celui-ci n’a pas suffisamment d’OPEX au compteur pour intervenir sur une zone de guerre. N’espérez donc pas avoir cette qualification en passant des formations alléchantes pseudo-contractors auprès de centre de formation qui n’ont aucune déontologie et aucun principe moral.

Faut-il préférer une formation “internationale” à une formation “nationale” ?… 2017-10-14T08:42:24+00:00

Non, surtout pas ! Formez vous en France.

Le métier d’Agent de Protection Rapprochée est régit par des lois uniquement nationales : la carte PRO APR France permet de travailler en France et pour les entreprises de droit français ; la carte SIA permet de travailler sur le sol britannique et pour les entreprises britanniques, etc… Il n’existe aucune formation internationale ni européenne… Même si le  SIA est plutôt bien connu et reste une référence dans certains pays en guerre qui ont perdu leur autorité administrative, il ne fait pas office de passe-droit pour d’autres pays que le Royaume Uni. Quand à faire sa formation à Houston, à Bratislava ou à Tel Aviv, cela n’apportera aucun avantage à votre carrière, contrairement à ce que certains centres vous racontent… Certains prétendent qu’en faisant une  formation dans tel ou tel pays, vous détenez une certification internationale : c’est totalement faux ! Ce qui détermine le pays où vous serez autorisés à exercer votre futur métier, c’est la reconnaissance du Ministère de l’Intérieur (ou équivalent) du diplôme obtenu, et donc de l’autorisation de travail qui en découlera.

Par la suite, votre autorisation de travail (carte professionnelle, par exemple) vous permettra d’exercer dans un seul pays : si vous travaillez en Australie pour BP (de droit anglais), vous aurez besoin de la SIA, sous réserve que l’Australie ne vous demande pas un droit d’exercer australien (tout dépendra de la durée de votre mission, c’est au cas par cas, pays par pays…). Si vous travaillez dans ce même pays pour TOTAL (de droit français), vous aurez besoin de la carte professionnelle française, et peut être aussi d’une autorisation australienne pour exercer ce métier, et ainsi de suite…

Le standard en matière de droit international privé lorsqu’il y a un litige est la lex fori (droit du for), mais ce n’est en aucun cas une règle qui se décline partout et tout le temps, et tout dépend surtout de votre contrat de travail…

En bref, seule compte la qualité de l’instruction que vous aurez eu, et le diplôme que vous décrocherez et qui vous permettra de postuler pour la carte professionnelle sans laquelle vous ne pouvez pas travailler légalement. Certains  centres vous proposent des formations exotiques, mais omettent de vous dire qu’ils ne délivrent pas de carte française, ou de carte tout court… Attention, une arnaque a court actuellement en France, et elle concerne le système des équivalences. En effet, vous avez  2 possibilités pour obtenir une carte professionnelle :  – passer votre formation dans un centre français, détenteur d’un titre RNCP et/ou capable de vous certifier avec un titre RNCP  – contourner la loi et obtenir une équivalence (le SIA anglais par exemple), et le faire valider ensuite en France par le CNAPS  Les centres proposant de vous faire passer un diplôme “équivalent” à la carte pro française (en contournant donc le  système légal et la loi française) omettent de préciser que la demande d’autorisation préalable au CNAPS est obligatoire.  Seulement, quand vous demandez une autorisation préalable, le CNAPS vérifie aussi que le centre de formation est bien en  règle… C’est aussi la raison pour laquelle certains centres n’ont pas du tout intérêt à vous faire demander une préalable…  Si vous vous engagez sur une formation et que vous n’avez pas votre préalable CNAPS, l’équivalence ne vous sera d’aucune utilité, car votre demande de carte professionnelle sera susceptible d’être rejetée. Vous ne pourrez même pas vous retourner contre votre centre, celui-ci vous aura vendu ce dont il était question : un titre étranger…

Pour finir, il est souvent de bon ton de proposer une formation dite “internationale” à l’étranger avec usage d’armes à feu… Attention, car faire une  formation aux armes à l’étranger, et qui plus est dans la protection de personnes, est susceptible de provoquer un fichage par les autorités françaises (fichage DGSI et DGSE). Etre Protecteur et déjà fiché avant même d’avoir travaillé ne vous permettra pas d’évoluer correctement dans le métier, vous irez contre le mur… De la même façon, méfiez-vous des centres qui  proposent des formations hors France, le résultat risque d’être le même.

 

Puis-je travailler partout avec une licence SIA ?… 2017-10-14T08:36:48+00:00

Non.

Nous voyons de temps en temps passer des déclarations de type “avec ma licence SIA, je peux maintenant travailler dans  390 pays…”. Nous ignorons quel centre de formation répand de telles inepties, mais c’est complètement faux. Chaque pays à sa propre législation concernant la sécurité privée. Le badge SIA correspond à la législation anglaise. Pensez pouvoir travailler avec une autorisation anglaise dans n’importe quel pays est un non-sens. Dans certains pays en guerre en revanche, la législation nationale ne s’applique pas, et pour cause : il n’y a pas de  gouvernement, ou celui-ci est contesté, ou il n’a pas les moyen de faire appliquer ses lois. Dans ce cas, lorsque vous prenez une mission de protection, le donneur d’ordre (qui est souvent une structure étrangère au pays) vous demande une accréditation qui correspond le plus souvent à sa propre législation. C’est la raison pour laquelle la  législation anglo-saxonne fait souvent référence dans ce genre de configuration, mais cela ne constitue pas une règle.

Par ailleurs, quelques centres en France et en Europe ont eu l’idée de proposer la SIA dans leur formation de garde du corps. Malheureusement, beaucoup de ces licences qu’ils proposent ne sont pas valables, car la plupart d’entre elles sont des licences accordées pour une formation qui se déroule théoriquement sur le sol anglais. Or, pour faire valoir une licence SIA, il faut qu’elle comporte la mention « overseas », qui atteste que la formation n’a pas été faite sur le sol anglais et/ou que l’agent a l’autorisation d’exercer ailleurs que sur le sol anglais.

Attention aux centres de formation sans scrupule qui affirment qu’une licence SIA est une autorisation de travail européenne ou internationale et quii vous font croire que vous refuserez bientôt du travail… De tels centres ne connaissent pas la loi ou pire, ils vous mentent délibérément pour vous attirer chez eux, en abusant de votre crédulité.

Une formation contractor est-elle sérieuse ? 2017-10-11T12:14:29+00:00

Tout d’abord, commençons par une définition : un « contractor » est un personnel projeté dans une opération militaire, en contrat privé avec une organisation de type ESSD (Entreprise de Services de Sécurité et de Défense, ex SMP). En 2016, près de la moitié du personnel impliqué dans les confits militaires sur la planète était issu du privé, en contrat avec une société militaire privée. Quand vous êtes contractor, vous assurez des missions de type militaire, principalement contrôle d’accès, de ZMS et de sécurisation de convoi.

Parmi les « contractors », certains ont pour mission la protection de personnel. C’est assez rare, mais cela arrive. Dans ce cas, ils sont « garde du corps contractors », ils exercent des missions de protection de personne en zone de guerre.

Une formation dite “contractor” est une formation de protection rapprochée en environnement hostile, avec port d’armes de guerre. Techniquement, elle n’est pas différente d’une formation APR en zone civile mais elle comporte généralement un module supplémentaire censé vous apprendre à évoluer en zone de guerre. Or, la progression en zone de conflit ne s’apprend pas en quelques jours. Cela s’instruit au sein d’une armée régulière, lors d’OPEX encadrées par toutes les mesures de sécurité nécessaires (équipe formée au contexte, hôpitaux déployés sur place, hélicoptère d’évacuation d’urgence, etc…), et au terme de plusieurs mois d’une sérieuse formation militaire. Un tel module de quelques jours n’est donc pas sérieux, il devrait éveiller le doute. Les ex-militaires quant à eux, savent déjà évoluer en zone de guerre et n’apprendront rien avec un tel entraînement. Concernant les anciens de l’institution, il vaut 10 fois mieux vous former à la protection rapproché dans un centre qui n’affiche pas les couleurs « contractor », car vous connaîtrez le « vrai » métier de la protection de personne, et votre expérience en OPEX fera le reste. Pour ceux qui ne sont pas issus de l’institution, oubliez votre carrière contractor : vous partez au suicide et mettrez en péril votre team.

Lorsque vous serez à la recherche d’une mission, méfiez-vous également de certaines ESSD vous envoyant comme mercenaire ou homme de main sur un champ de guerre sans logistique et avec le minimum de matériel… Nombreux sont les contractors qui reviennent en France empaqueté dans une soute de charter dans le silence le plus absolu des médias. Il est incontestable qu’une entreprise sérieuse ne vous recrutera jamais pour vous envoyer en zone de guerre, si vous n’êtes pas un ex-militaire pourvu d’une longue expérience sur le terrain. L’équipe d’APR de France appelle donc tous les futurs stagiaires qui souhaitent s’engager dans une telle formation, à être particulièrement attentif… Si les armes vous attirent, nous vous conseillons vivement de ne pas vous orienter dans le domaine de la protection rapprochée car vous serez déçu une fois sur le terrain.

Attention également aux formations “cow boy”… La protection rapprochée consiste à protéger une personne, et non à aller tuer les méchants…

Quelle est la différence entre le VTC, la grande remise, et la conduite sécurité ? 2017-10-14T08:19:27+00:00

Dans le monde de la « chauf », il existe 2 types de chauffeur : la grande remise, rebaptisée depuis peu « VTC » (c’est l’équivalent d’un permis de conduire un taxi) dont la mission n’est que de conduire son client, et le conducteur de sécurité (OCS : Opérateur de Conduite de Sécurité ou CPD en anglais, Close Protection Driver) qui a pour mission de protéger avant tout son VIP.

Il n’existe pas encore de diplôme de chauffeur de sécurité, bien que certains centres (dont le nôtre) vous délivrent des attestations, qui n’ont pas encore de valeur officielle. Ce n’est pas le cas du diplôme VTC (Véhicule de Tourisme  avec Chauffeur) qui, comme son nom l’indique, atteste de votre compétence en matière de conduire votre client dans un Véhicule de Tourisme. C’est en réalité un permis B pour professionnels. Le taxi (que tout le monde connait) convoie des clients “publics” (pas de réservation  nécessaire), le VTC convoie des clients privés.

Certes, le diplôme VTC est un diplôme officiel, mais qui n’a rien à voir avec notre métier, contrairement à ce que certains pseudo-centres de formation essaient de vous faire croire : le VTC a le même rapport à la Protection de Personne que le mécanicien à de rapport avec le pilotage automobile…  Pire, si jamais vous avez un contrôle du CNAPS, que vous travaillez dans le cadre d’un contrat VTC en protection de personne, votre carte professionnelle d’APR saute dans l’heure… Il s’agit d’une infraction à l’article L612-2 du Code de la Sécurité Intérieure car le métier d’APR est exclusif de toute autre activité, et double infraction, car vous êtes VTC en mission de protection de personne, ce que vous n’avez pas le droit de faire, puisque toute mission de protection de personne nécessite obligatoirement un mandat… de Protection de Personne. Du coup, vous risquez aussi la suspension de votre VTC.

Redisons-le : il n’y a AUCUN intérêt à passer un permis VTC lorsque l’on est titulaire d’une carte APR.

En revanche, le permis B est obligatoire pour pratiquer le métier d’Agent de Protection de Personne, et posséder le permis moto est un avantage conséquent.

Pourquoi tant de publicité autour des armes à feu dans les formations PR ? 2017-10-12T06:14:33+00:00

Pour vous faire croire qu’on va faire de vous un cow-boy.

Même si la protection rapprochée est originellement un métier d’arme, ne confondez pas le paramilitaire et la protection rapprochée : le militaire est payé pour avancer vers le danger et le neutraliser. Le Protecteur, quant à lui, est payé pour extraire son VIP du danger. Il ne va donc jamais au contact sauf en dernier recours. Si vous êtes attirés par les armes, la protection rapprochée est un très mauvais choix de carrières sauf si vous souhaitez évoluer en zone hostile. A moins d’être un ancien militaire avec une certaine expérience, vous devez vous orientez vers une formation sérieuse.

Nous vous invitons à lire notre rubrique « le métier« .

Que signifie APR1, APR2, APR3 ? 2017-10-11T12:14:01+00:00

Rien.

Certains centres de formation confondent marketing et réglementation. On trouve un peu de tout et de n’importe quoi sur les contenus APR1, 2 ou 3 : « APR 1 », ce serait les bases du métier de garde du corps ; « APR 2 », on ajouterai la conduite (rendue pourtant obligatoire par décret dans notre métier) et enfin, « APR 3 », on rajouterai armes lourdes et explosifs qui, rappelons-le, sont complètement interdits dans notre métier et interdit tout court en France et dans 99% des zones civiles du monde. Si ces différents niveaux étaient réellement pertinents, cela signifierait-il qu’un APR pourrait travailler sans obtenir l’ensemble des compétences nécessaires en obtenant par exemple qu’un « APR 1″ ? Bien sûr que non… Travailler dans la protection de personne implique d’être au top des compétences du métier. Il est inconcevable de donner une mission de protéger une vie à un APR qui ne connaîtrait que 30% du métier. C’est juste ridicule.

En revanche, chaque école fait passer son propre diplôme, qui lui, peut-être de niveau V (CAP ou BEP) ou de niveau IV (bac, comme celui d’APR de FRANCE). Il y a les même références chez les anglais (BTEC level 3 = niveau 5 français). Ne pas confondre non plus avec les niveaux de risque d’une mission, qui vont de 1 à 5 ou de 1 à 4 sur certains référentiels tel que celui de l’UCLAT). Soyez donc prudent, et renseignez-vous avant de vous engager : rentrer dans le monde de la PR en sortant d’un centre de formation qui vous propose pompeusement un « APR3 » fait très mauvais genre sur un CV. Etre formé, c’est bien ; être bien formé, c’est mieux.

Puis-je obtenir un permis de port d’arme une fois garde du corps ? 2017-10-11T12:15:06+00:00

Oui, au cas par cas, et sur dérogation exceptionnelle.

Les seules personnes autorisées à détenir une arme de service en sécurité privée sont les convoyeurs de fonds et certains APS (avec certaines armes). Dans tous les autres cas, et en particulier en protection rapprochée, le statut de l’agent de protection rapprochée est un statut civil. Le permis de port d’arme est donc assujetti aux réglementations nationales (port d’arme interdit pour les civils). Mais, dans le cas d’une menace avérée, réelle et sérieuse, ou la vie du VIP est menacée, ce dernier peut faire la demande de port d’arme, pour lui-même et/ou pour son garde du corps, conformément à la loi 258 du 17 Février 2017. La décision en revient alors à la Préfecture. Dans ce cas, il  est préférable de pouvoir justifier d’une compétence et d’une pratique régulière de tir, licence et carnet de tir à l’appui.

Dans ces cas qui restent pour l’instant exceptionnels, avoir été miliaire ou policier peut rassurer l’autorité qui délivre le port d’arme.

Une carte d’APR est-elle suffisante pour obtenir du travail ? 2017-10-11T12:00:33+00:00

Plus maintenant.

Aujourd’hui les donneurs d’ordres ne cherchent plus seulement un APR avec une autorisation administrative pour leur donner du travail. Ils veulent également des personnes compétentes et contrairement à ce que l’on pense, cela se fait rare. Accéder à des missions de protection dépend surtout de la qualité de votre formation qui elle, résulte du centre que vous aurez choisi pour vous former. Soyez vigilant quant au contenu de la formation que l’on vous propose : chaque formation est différente d’un centre à l’autre, dans certains vous aurez le minimum dans d’autres vous y trouverez l’excellence. Nous vous invitons à parcourir les rubriques « le métier » et « FAQ » afin de bien comprendre cette problématique particulière.

Par ailleurs, mieux vaut avoir plusieurs cordes à son arc, comme par exemple, obtenir une seconde carte professionnelle APS. Avec deux qualifications, vous avez deux fois plus de chance de travailler. Qui plus est, c’est une bonne technique pour pénétrer les réseaux et commencer à créer son carnet d’adresses. Sachez également que certaines grandes entreprises et filiales recherchent de plus en plus des profils APR/APS pour certaines missions de type conflits sociaux.

Puis-je faire la formation APR si je suis non ressortissant français ? 2017-10-11T11:43:53+00:00

Oui, c’est possible.

Nous délivrons un diplôme reconnu par l’Etat français, donnant accès à une carte professionnelle française. Aussi, nous demandons dans tous les cas l’autorisation préalable du CNAPS, afin de nous permettre une vérification de votre profil en bonne et due forme, et de nous assurer que nous ne formons pas n’importe qui. Sachez également que cette autorisation ne vous sera pas délivrée si vous n’avez pas d’adresse en France.

Faut-il parler anglais pour faire ce métier ? 2017-10-11T12:22:38+00:00

Oui, c’est fortement conseillé.

Vous devez savoir que beaucoup de clients ne parleront pas français (vos VIP seront Américains, Saoudiens, Russes,  etc…). Si vous n’êtes pas capables de vous exprimer en anglais pour communiquer avec votre interlocuteur, ne serait-ce qu’avec un langage basique, comment voulez-vous qu’il vous embauche pour assurer sa protection ? Une pratique de l’anglais est donc indispensable à ce métier.

En quoi consiste le métier de garde du corps ?… 2017-10-15T19:42:20+00:00

La mission du garde du corps est de protéger son VIP.

Avant de s’engager dans ce métier passionnant, il convient de comprendre ce qu’est la Protection Rapprochée et quelles sont les missions du garde du corps.  Une  rubrique  entière  est  destinée  à  vous  la  faire  découvrir.  Nous  vous  engageons  à  vous rendre sur « le métier » afin de rentrer dans les détails.

L’hébergement durant ma formation est-il important ? 2017-10-11T11:43:34+00:00

Oui, il est capital…

En effet, on pense souvent à poser toutes les questions concernant la formation mais rien sur l’hébergement et les « à-côtés »… Pourtant, c’est une question importante car le lieu de vie conditionne en grande partie le bon déroulement de votre stage. Des hébergements sous la tente et dans la boue peuvent vous être proposés ; cela peut être une expérience à vivre mais pas durant des semaines, et pas dans le cadre d’une formation en protection rapprochée. Votre corps et votre esprit doivent être dans de bonnes conditions pour suivre au mieux la formation. Il est donc primordial de pouvoir bien dormir et se restaurer convenablement tous les jours. Egalement, informez-vous bien ce qui est pris en charge ou non dans votre forfait : hébergement, nourriture, déplacement, frais administratifs, autres frais…

APR de FRANCE vous propose une visite en image de son hébergement.

On me propose une mission de protection, puis-je la prendre au “black” ? 2017-10-12T08:30:33+00:00

Surtout pas !

Attention, si vous prenez une mission non déclarée, vous devez savoir qu’en cas de contrôle CNAPS, police ou inspection du travail, vous vous exposez à de lourdes sanctions qui risquent de vous écarter définitivement du métier. Mais ce  n’est pas le plus grave. Car si vous êtes “sollicités” pour protéger un VIP, c’est qu’il y a un risque. Or, si un accident survient pendant votre mission et que votre responsabilité est engagée (simple accident ou intervention physique par exemple), vous devrez vous en expliquer devant les tribunaux. S’il y a préjudices pour vous-même ou pour autrui, aucune assurance ne vous prendra en charge, ce qui vous obligera à payer de votre poche, avec tout ce que cela implique. Dans ce cas, vous engagez votre responsabilité civile, pénale et administrative. Enfin, travailler au noir, c’est se passer du renfort ou de la collaboration de la puissance publique en cas de problème.

Même si vous avez exercé par le passé, vous former correctement vous permettra d’apprendre certaines ficelles du métier que vous ne connaissez pas forcément, ce qui vous rendra plus professionnel auprès de vos donneurs d’ordre.

Attention également aux propositions de missions avant votre formation, ou aux centres de formations qui indiquent sur leur page « recrutement »…. Il ne s’agit pas de recrutement pour des missions, c’est une façon de dire qu’ils cherchent à vendre leur formation, et ils emploient un vocabulaire qui prête à confusion…

Faut-il une expérience en sécurité de 2 ans pour se former en Protection de Personnes, ou détenir un CQP APS ? 2017-10-16T12:31:12+00:00

Absolument pas.

Les centres qui demandent de telles choses n’ont simplement pas d’accréditation. Pour être autorisé légalement à former du personnel en Protection de Personnes, il faut que le centre soit autorisé par le CNAPS (art. L612-22 du code de la sécurité intérieure). Or, les centres non agréés ne sont pas obligés de demander cette autorisation préalable si le stagiaire est déjà titulaire d’une carte professionnelle (telle que la carte APS). C’est une faille du système que certains centres de formation savent exploiter. Si de tels centres sont obligés de contourner la loi de cette façon, n’insistez pas. Théoriquement, ce genre de manœuvre ne sera plus possible très bientôt.

Ensuite, concernant le métier, cela revient un peu à demander à un pilote de rallye de connaitre la mécanique de son moteur… évidemment, cela aide, cela permet d’être plus performant, plus pointu sans doute, mais un pilote de course peux être champion du monde sans pour autant être capable de savoir démonter son moteur. C’est pareil pour APS et APR…. Avoir une première expérience APS peut être valorisé pour passer APR, comme beaucoup d’autres compétences d’ailleurs, mais ce n’est en aucun cas une obligation.

J’ai 18 ans, je sors de l’école, par où commencer ? 2017-10-11T11:43:30+00:00

Pour les jeunes (et parfois trop jeune) qui souhaitent se lancer dans la protection rapprochée, voici ce que nous conseillons en préambule :

– inscrivez-vous dès à présent dans une école d’arts martiaux qui va au contact, type chinois si possible. Les écoles de boxes font également l’affaire. Apprenez ce qu’est le combat, comprenez-en sa dimension dangeureuse et surtout, comment vous protéger lors d’un affrontement.

– si vous le pouvez, passez 1 an dans un pays anglo-saxon (Angleterre, USA) afin d’acquérir une maîtrise parfaite de l’anglais (si ce n’est pas l’une de vos compétences). Parler anglais sera un sésame tout au long de votre vie quel que soit votre parcours de vie.

– un diplôme de type BAC+2 minimum, avec nécessairement une spécialisation informatique (exemple : droit +  informatique, ou langue + informatique, ou équivalent). Là aussi, vous ne perdrez rien si vous changez d’avis, et l’informatique s’utilise dans presque tous les autres métiers (bon à savoir : les métiers qui recruteront massivement dans 10 ans seront les  métiers de la cyber-sécurité). Renseignez-vous aussi sur des formations de profilage criminel, ça peut servir sur le terrain.

– une fois ce diplôme en poche, engagez-vous dans l’armée, qui offre un très large panel de métiers, de formations et de compétences (Armée de Terre, Marine, Armée de l’Air, Gendarmerie, …). Apprenez un métier qui  vous intéresse, qui puisse vous servir en cas d’échec en Protection Rapprochée, mais que vous pouvez aussi utiliser en  Protection Rapprochée. Au sein de l’armée, vous pouvez également intégrer des services de protections de personne, par exemple en gendarmerie (GSPR, EPIGN), au 1er RPIMA ou à la DGSE.

Toutes les activités que vous aurez faites au contact du public (opération sentinelle, exercice sur la voie publique, …) peuvent être valorisées en Protection Rapprochée.

Une fois sorti de l’armée, en complétant votre cursus par une bonne formation en dans un centre privé, vous aurez le profil idéal pour vous spécialiser en Protection Rapprochée et les ressources pour “sortir du lot” et ainsi faire partie des experts dans ce métier.

Est-ce une bonne idée de passer mes 2 cartes pro APS et APR ?… 2017-10-11T11:43:40+00:00

Oui, ça peut être intéressant et les raisons en sont  multiples.

Tout d’abord, avec 2 cartes PRO, vous avez 2 fois plus de chance de travailler. Qui plus est, c’est une bonne technique pour pénétrer les réseaux en sécurité privée en France, vous rentrerez plus facilement et plus vite dans le réseau APS que dans  le réseau APR, sachant que les 2 sont liés (certaines structures, telle que GORON, SECURITAS,… ont des filiales APR  et/ou APS). Enfin, certaines missions qu’on attend en PR nécessitent l’APS (par exemple, certains déploiements en conflits sociaux),  missions que vous ne pourrez donc pas prendre avec la carte APR seule.

Puis-je cumuler plusieurs métiers dans la sécurité privée, par exemple APS et APR ? 2017-10-11T12:08:20+00:00

Non, c’est impossible.

Le CNAPS est très clair à ce sujet : impossibilité d’exercer APR et APS en même temps, ou bien même conducteur de chien et APR en même temps.  En revanche, il est permis de détenir plusieurs autorisation (cyno, APS, APR, …), tant que les missions dans ces différents métiers sont bien distinctes dans le temps (une mission se finie, l’autre peut commencer).

Dois-je pratiquer un art de combat ou de self défense pour être APR ? 2017-10-11T12:21:07+00:00

Oui, c’est préférable.

Bien qu’utiliser la force dans une mission de protection peut être un synonyme d’échec, savoir se battre, ou plus exactement savoir se défendre via la self-défense fait partie de notre métier de garde du corps. L’usage de la force peut être nécessaire dans certains cas extrêmes. Si vous pratiquez un art de défense, préférez-en un avec contact : inutile de rêver d’être champion au combat sans n’avoir jamais donné ou reçu de coup.

Est-il juste de s’engager dans un métier où l’on peut risquer sa vie ? 2017-10-11T12:33:21+00:00

Peut-être mais sans doute pas pour l’argent.

Faire ce métier pour cela reviendrait à se comporter en mercenaire travaillant pour le plus offrant. Quelle personne censée et en danger se ferait protéger par un coureur de fortune ? Il faut connaitre ses limites, savoir pour qui ou pour quoi on est capable de s’impliquer, et jusqu’où.

Faut-il avoir une formation “premiers secours” dans une formation de garde du corps ? 2017-10-11T11:43:17+00:00

Oui, c’est totalement obligatoire.

Un protecteur n’est pas un cow-boy à qui l’on a seulement appris à tirer à l’arme à feu. Il faut être un Sauveteur avant d’être un Protecteur. Une solide instruction en premiers secours est donc absolument indispensable à votre apprentissage. Inévitablement les donneurs d’ordre vous demanderont un diplôme de premiers secours. La loi quant à elle, rend obligatoire un titre de secourisme pour l’exercice du métier d’APR.

Dans notre formation APR de FRANCE, vous passez 2 qualifications officielles de premiers secours : PSE1 et TECC. Vous ressortez de chez APR de FRANCE avec un niveau de secourisme proche de celui des pompiers.

Soyez prudent. Pour éviter de devoir vous former en premiers secours opérationnels, certains centres vous demandent un SST à minima pour rejoindre leur formation. Un donneur d’ordre sérieux ne vous embauchera jamais si vous n’êtes pas opérationnel en secourisme.

 

Quel est le salaire d’un garde du corps ? 2017-10-11T12:24:18+00:00

Le salaire dépend de la menace.

Le tarif minimum constaté pour un APR est de 120 à 150€ net/jour (pour 12H de travail). Nous conseillons de ne pas travailler en dessous de 250€ net par jour. Le salaire peut monter beaucoup plus haut si la menace est réelle et sérieuse (jusqu’à 1000€/jour). Ensuite, vous êtes  sur un marché ouvert : certains acceptent même de travailler gratuitement. Ce sont en général des gens sans qualification ni autorisation de travail, en quête d’émotions fortes, qui cassent le marché, et qui en aucun cas ne font de protection rapprochée.

Quel est le cadre légal du métier ?…. 2017-10-11T12:37:46+00:00

Pour exercer le métier de GARDE DU CORPS ou APR (Agent de Protection Rapprochée) dans le cadre légal, il est nécessaire de détenir une autorisation du CNAPS (Article L612-20 du livre VI du code de la sécurité intérieure) : c’est la carte professionnelle. Elle vous permet de travailler sur notre territoire en toute légalité. Elle est délivrée par le CNAPS depuis le 1er Janvier 2012.

Pour obtenir cette carte professionnelle, vous devez passer votre formation dans un centre français, agréé par les autorités françaises (le CNAPS, le Ministère de l’Intérieur et le RNCP).

Dois-je choisir une formation APR ou une formation SIA, ou les deux ? 2017-10-14T08:38:39+00:00

Si l’on parle de contenu de formation, une formation APR française ou anglaise revient au même, à la seule différence qu’une formation SIA dure en général 15 jours à 3 semaines, alors qu’une formation française dure entre 6 et 8 semaines pour les plus sérieuses. Le contenu d’une bonne formation française reprend similairement les bases d’une formation anglaise avec un approfondissement conséquent, et aborde des sujets qui n’existent pas dans la formation anglaise (secourisme, conduite sécurité, armes, profilage prédictif, etc…).

En d’autres termes, vous n’apprendrez rien de plus en faisant les deux formations, et vous n’aurez aucune compétence supplémentaire en rajoutant une formation SIA. Soyez donc attentif aux packages « formation SIA + formation FR » ou l’on vous demande de faire 2 formations l’une à la suite de l’autre. La formation SIA n’aborde la législation que durant 1 heure maximum sur les 15 jours de formation. Et cette heure de formation correspond à 90% à ce que nous avons en France… Tout le reste est identique.

Compte tenu de cela, et pour celles et ceux qui souhaitent obtenir leur SIA, APR de FRANCE propose un module complémentaire SIA (qui n’est pas la même chose qu’une formation SIA) : vous n’avez pas à repasser la formation une deuxième fois, nos accords avec les autorités britanniques vous permettent de valider directement vos acquis sur la formation française. Ainsi, le module complémentaire SIA chez APR de FRANCE ne dure que quelques jours, et vous permet de passer directement un examen vous permettant d’accéder à la carte SIA chez APR de FRANCE.

Attention, certains centres affirment que la SIA est une carte européenne ou internationale… C’est complètement faux. Une carte SIA permet de travailler au Royaume Uni, et au cas par cas, sur certains théâtre d’opérations militaires, c’est tout. Les centres qui affirment de telles choses essaient par tous les moyens d’attirer des gens dans leurs formations, en abusant de leur crédulité ou de leur non connaissance des lois. Ils font partie des moutons noirs de notre profession à éviter absolument.

Par ailleurs, faites très attention aux licences SIA passées ailleurs qu’en Angleterre, la plupart d’entre elles ne sont pas valable, car elles ne comportent pas la mention »overseas »… Beaucoup de stagiaires se sont fait piégés, et quand vous découvrez la duperie, il est bien souvent trop tard.

J’ai ma carte PRO d’APR, comment puis-je obtenir mon badge SIA ? 2017-10-11T11:51:11+00:00

Avant le brexit, l’équivalence SIA était gratuite et assez facilement accessible auprès du Home Office britannique. Il suffisait d’en faire la demande et de télécharger le dossier auprès de leur service :

SIA document handling
Centre PO Box 1290
LIVERPOOL L69 1AS
http://www.sia.homeoffice.gov.uk
Tél : +44 8448921025
Mail to : info@sia.homeoffice.gov.uk

En revanche, si obtenir l’équivalence du diplôme est un droit européen (BTEC / RNCP), l’administration anglaise se réserve le droit de vous  accorder ou non l’autorisation de travail (badge SIA) au regard de vos antécédents judiciaires. Il faut également savoir que l’autorité du SIA vous confère le droit d’exercice pour 3 ans et que le badge vous coûte entre 250 et 350£.

Depuis le brexit, attention, les choses ont changé et vont encore changer. Pour obtenir le dossier d’équivalence, il faut vous présenter en personne dans un bureau de poste anglais, afin que les autorités anglaises vérifient votre identité, et contrôlent que vous parlez bien anglais. A ces conditions, ils vous remettront le dossier SIA. Renseignez-vous avant d’engager toutes démarches, car le brexit va durer au moins 10 ans, et durant cette période, les lois et procédures sont susceptibles de changer n’importe quand.

Si vous souhaitez passer votre SIA, APR de FRANCE réserve à ses stagiaires un module de quelques jours leur permettant de passer un examen officiel afin d’obtenir leur licence SIA.

Qu’est-ce que l’autorisation préalable du CNAPS ? 2017-10-11T11:03:38+00:00

C’est une autorisation préalable à votre entrée dans n’importe quelle formation en sécurité privée en France donnant droit à une carte professionnelle. L’autorisation préalable émane du Ministère de l’Intérieur (services du CNAPS), est obligatoire et valable durant 6 mois depuis le 18 Août 2014 (décret n° 2014-901 du 18 Août 2014). Pour l’obtenir cette autorisation préalable, vous avez 2 possibilités :

  • Première solution, la plus simple et la plus rapide, vous vous rendez sur les téléservices du CNAPS. Vous avez un formulaire à remplir en quelques étapes, vous devrez fournir quelques document au format .PDF (dont une pièce d’identité, et votre pré-inscription à votre formation APR de FRANCE).
  • Deuxième solution, vous avez des soucis de connexion au site du CNAPS. Lors de votre pré-inscription à votre formation APR de FRANCE, nous enregistrons votre demande. 4 à 5 mois avant le début de votre formation, nous vous enverrons dans tous les cas une demande papier d’autorisation préalable CNAPS. Vous devrez imprimer les documents déjà pré-remplis pour vous, les signer, puis les renvoyer en recommandé au CNAPS à l’adresse que nous vous donnerons.

Quelque soit la solution choisie, le CNAPS met entre 10 jours et 2 mois pour instruire votre demande. Il vous sera attribué un numéro de suivi que vous pourrez utiliser afin de connaitre l’état d’avancement de votre demande. Si votre nom figure dans les fichiers de police ou de gendarmerie ARIANE, le CNAPS diligente une enquête qui peut prendre plus de temps. Vous serez alors invité à fournir une explication sur les circonstances de ce fichage.

Les détenteurs d’une carte professionnelle française en sécurité privée n’ont pas besoin d’obtenir une autorisation préalable pour obtenir une autre carte professionnelle en sécurité privée (si vous êtes APS, vous pouvez directement vous inscrire à une  formation APR) si, bien entendu, votre carte professionnelle expire après votre entrée en formation APR.  En revanche, dans ce même cas de figure, si vous avez eu une “affaire” vous mettant en cause pendant la période où vous étiez APS, l’extension de votre carte pro à la protection de personne risque d’être bloquée provisoirement le temps que le CNAPS instruise votre dossier et vous donne l’autorisation ou non.  Ce cas est piégeant, car aucune information ne vous signale un point rouge sur votre dossier, et la loi ne vous demande pas de refaire une demande préalable si vous avez déjà une carte pro.

Attention : si vous décidez de passer une formation en sécurité privée sans autorisation préalable, même dans le cas de titres par équivalence, vous risquez purement un refus du CNAPS de vous attribuer une carte professionnelle. Dans ces circonstances vous aurez investi dans une formation qui ne vous servira plus.

Ai-je ma place si je suis une femme ? 2017-10-11T12:30:59+00:00

Oui.

Une femme arrive en général à mieux se faire embaucher, dans la mesure où l’effectif de gemme est moins nombreux dans le métier. Par ailleurs, elles sont en majorité plus intuitives et désamorcent plus efficacement un conflit qu’un homme. Elles ont aussi un avantage stratégique puisque les hostiles s’attendent généralement à trouver un homme en face d’eux. Nous avons remarqué une forte demande d’embauches concernant les femmes.

Puis-je me faire recruter pour une mission avant ma formation ? 2017-10-16T13:29:20+00:00

Non, c’est impossible, sauf à être très sérieusement »pistonné » par l’une de vos connaissances qui se porte garant pour vous et qui est certaine que vous obtiendrez votre diplôme à l’issue de la formation.

Certains centres de formation font leur publicité en disant qu’ils sont en mesure de vous recruter (mais sous entendu pour leur formation, par pour du travail…). Ne vous laissez pas piéger par des gens sans scrupule prêts à tout pour prendre votre argent. Certains prétendent que leur formation est gratuite, ou que votre financement est pris en charge gratuitement. Il s’agit d’ailleurs assez souvent des même escrocs qui essaient de vous faire croire l’improbable, vous attirer votre attention et vous faire venir chez eux. Soyez attentif. Pour rentrer dans le métier, il vous faut vous former dans un centre sérieux. Seules les fonctionnaires on accès à des formations « gratuites » puisque elles se déroulent dans le cadre de l’Institution. Toutes les autres formations sont payantes, et ne peuvent en aucun cas déboucher automatiquement sur un emploi, pour la première et simple bonne raison que nul ne sait si vous réussirez votre examen pour obtenir votre diplôme de garde du corps.

C’est quoi un numerus clausus ? 2017-10-11T12:40:47+00:00

Numerus clausus : nombre maximal de stagiaires dans une session.

Cela signifie le centre de formation ne prend qu’un nombre maximum de stagiaires par session. Plus le nombre de stagiaires est petit, plus la qualité de l’instruction sera bonne, et mieux vous serez formé et suivi individuellement durant votre cursus. Certains centres n’avaient pas de nombre maximal de stagiaires par session, jusqu’à ce que la loi soit obligé d’intervenir et de fixer un nombre maximal de 12 stagiaires par session. Chez APR de FRANCE, notre numerus clausus est de 8 stagiaires par session, moins que ce que nous impose la loi.